Fleurs-Parfumées.com
Accueil Contact

 MYCORHIZES ET RHIZOBACTERIES: des symbioses vitales pour les plantes

 

Parmi les nombreux micro-organismes qui vivent dans la rhizosphère, on trouve des
champignons microscopiques dont les filaments s’associent aux racines des plantes pour former un nouvel organe appelé mycorhize.

Plus de 80% des plantes renforcent leur croissance grâce à leur alliance avec des champignons dits mycorhiziens.

Pour simplifier, les mycorhizes sont des associations entre plantes et champignons, au niveau des racines, et favorisent

Cette association symbiotique est bénéfique pour les deux partenaires : c’est une symbiose mutualiste.

a) les ectomycorhises :

On distingue plusieurs types de mycorhizes en fonction du partenaire fongique. Certains champignons supérieurs (ascomycètes, basidiomycètes et gastéromycètes) s’associent à des ligneux (bétulacées, fagacées, pinacées) pour former des ectomycorhizes.

b) les endomycorhises :

On trouve un autre type de mycorhizes chez les orchidées et les éricacées, mais le plus répandu, qui concerne environ 80% des plantes sauvages et cultivées (agricoles et horticoles), est celui des mycorhizes à arbuscules dont le partenaire fongique est un champignon inférieur (zygomycètes).

Historique :

Les champignons mycorhiziens à arbuscules (MA) sont concomitants de l'apparition des
premières plantes terrestres (Pirozynski & Malloch 1975). Ce sont eux qui ont permis aux plantes de coloniser les continents de telle sorte qu'ils sont présents sous tous les climats et types de sol à la surface  de la terre.
La grande majorité des plantes servant à la nourriture des hommes ou des animaux forment des mycorhizes à arbuscules ; elles jouent donc un rôle dans la production agricole.

Rôle

L'apport des mycorhizes se traduit par une croissance plus importante et donc par une production de biomasse plus élevée. En résumé, les plantes sont plus belles, plus fleuries, plus saines, plus résistantes.

Ces résultats ont été observés sur la plupart des plantes agricoles et horticoles, aussi bien en climat tempéré, méditerranéen ou tropical. Très vite il est apparu que cette stimulation de croissance était principalement due à une meilleure nutrition phosphatée.

Les mycorhizes favorisent aussi l’absorption de l’eau et des oligo-éléments, du cuivre, du zinc, dont la concentration dans la solution du sol est faible et le coefficient de diffusion très lent dans le sol.

Les mycorhizes à arbuscules causent peu de changement dans la morphologie des racines mais la physiologie de la plante hôte est significativement modifiée.

Non seulement la concentration de certains éléments minéraux change, mais aussi le taux de photosynthèse et la répartition des photosynthétats entre la tige et la racine.

Il en résulte une modification des exsudats libérés dans le sol et par voie de conséquence un changement dans la composition des populations de micro-organismes mycorhizosphèriques.

Plusieurs auteurs ont observé une diminution des maladies causées par des agents pathogènes telluriques chez les plantes mycorhizées, particulièrement dans le cas des nématodes.

Les mycorhizes peuvent jouer un rôle dans le bio-contrôle des maladies des plantes.

La stimulation de croissance des plantes mycorhizées varie principalement en fonction des espèces (Gerdeman, 1968) et des cultivars (Azcon & Ocampo, 1981), de l'espèce de champignons symbiotique (Plenchette et al., 1982) et de la fertilité du sol (Mosse 1973).

Et les plantes des familles des cruciféracées (choux, colza, moutarde, radis, navet) et des chénopodiacées (betterave, épinard) ne forment pas de mycorhizes.

 

Les hyphes extraracinaires ont un diamètre de 2 à 5 fois plus petit que celui des racines et peuvent donc coloniser un volume de sol non exploré par la racine, par exemple en sol compacté. Le réseau mycélien développé dans le sol peut atteindre des dimensions considérables, supérieures à 106 km.ha-1 d'après des données de Miller et Jastrow (1992), et on imagine bien le formidable potentiel (80 m par mètre de racine chez l’oignon; Sanders & Tinker, 1973) qu'il représente pour l'absorption de l'eau et des éléments minéraux.

Elles ont 4 actions importantes pour la plante :

 

Nous pouvons fournir tous types de mélange mycorhiziens avec plusieurs espèces de champignon. Les produits commerciaux traditionnels européens ne fournissent que le Glomus intracides. Au regard des milliers d'espèces de champignons capable de créer des mycorhizes, il est stupide de ne positionner au sol qu'une espèce même si elle est très courante. La Nature permet plusieurs associations au niveau des racines et le pouvoir mycorhizogène du sol va influencer telle espèce plutôt qu'une autre. Donnons donc toutes les chances aux plantes en infectant les sols avec des mélanges de champignons auxquels on rajoute les bactéries indispensable à l'activité du sol.

La reconnaissance par la plante de certaines bactéries de la rhizosphère peut conduire à une réaction d'immunisation lui permettant de mieux se défendre vis-à-vis d'une attaque ultérieure par un organisme pathogène. Utilisé en combinaison avec d'autres l'approche paillis, BRF et amendements microbiens, ce phénomène d'induction de résistance systémique (ISR) par les rhizobactéries est essentielle dans la lutte biologique contre les maladies des plantes. Les microorganismes agissent aux niveaux moléculaires par l'envoi d'éliciteurs qui sont perçus par les cellules de la plante. La plantes transmet ensuite un signal chimique pour propager l'alerte dans tous les organes puis s'expriment les mécanismes de défense proprement dits qui vont limiter ou inhiber la pénétration du pathogène dans les tissus infectés.

Les rhizobactéries et les champignons mycorhiziens sont les organismes majeurs dans ce système d'autodéfense. C'est le rôle du jardinier BIO de les encourager.

Ils est donc fortement conseiller de les ensemmencer car les sols actuels dans le monde, et principalement dans nos jardins, sont pratiquement stériles en la matière!

Nous avons accès aux rares fournisseurs de ces produits hautement fragiles et difficiles à produire. Ce sont véritablement des produits "magiques" pour les plantes.

A acheter les yeux fermés!!

haut

MycoApply® Soluble (le produit de fond). Ingredients:

Endomycorrhizal fungi : 7 species ; 31,200 propagules/lb.
Ectomycorrhizal fungi : 9 species ; 1,500,000,000 propagules/lb.
Trichoderma : 300,000,000 cfu/lb. 
Bacteria : 19 species ; 6,000,000,000 cfu/lb.

Description des espèces :

- Glomus intraradices, G. mosseae, G. aggregatum, G. clarum, G. deserticola, G. entunicatum, Gigaspora margarita. Rhizopogon villosullus, R. luteolus, R. amylopogon, R. fulvigleba, Pisolithus tinctorius, Laccaria (2 species) Suillus (2 species).

- Trichoderma harzianum and T. konigii.

- Bacillus subtillus, B. licheniformis, B. azotoformans, B megaterium, B. coagulans, B. pumlis, B. thurengiensis, B. stearothermiphilis, Paenibacillus polymyxa, P. durum, P. florescence, P. gordonae, Azotobacter polymyxa, A. chroococcum, Sacchromyces cervisiae, Streptomyces griseues, S. lydicus, Pseudomonas aureofaceans, , Deinococcus erythromyxa.

Pour les arbustes

sous forme de granulés à mettre au fond du tour de plantation:

MycoApply® Endo/Ecto Contient 4 espèces d'endomycorrhizes et 7 espèces d'ectomycorrhizes: Rhizopogon villosullus, R. luteolus, R. amylopogon, R. fulvigleba, Pisolithus tinctorius, Scleroderma cepa et S. citrinum totalisant 110 million propagules pour 500grs.

MycoApply® Endo/Ecto Plus Contient 4 espèces d'endomycorrhizes et 7 espèces d'ectomycorrhizes + Trichoderma + un engrais organique 5-3-2 ( Rhizopogon villosullus, R. luteolus, R. amylopogon, R. fulvigleba, Pisolithus tinctorius, Scleroderma cepa et S. citrinum totalisant 110 million de propagules pour 500grs)

Sous forme liquide ou de poudre microsoluble pour végétaux en place

MycoApply® Soluble MAXX avec bacteries, Trichoderma et 9 endos + 11 ectos mycorhizes: Glomus intraradices, G. aggregatum, G. etunicatum, G. mosseae, G.deserticola, G.clarum, G.brasilianum, G. monosporum, Gigaspora margarita
et 11 espèces d'ectomycorrhizes Rhizopogon villosullus, R. luteolus, R. amylopogon, R. fulvigleba, Pisolithus tinctorius,
Scleroderma cepa S. citrinum, Suillus granulatus, Suillus punctatapies, Laccaria laccata and L. bicolor

pour le gazon:

MycoApply® Endo (granulés)10 kgs pour 100m2: Glomus intraradices, Glomus aggregatum, Glomus etunicatum and Glomus mosseae totalisant 100,000 propagules pour 500grs.

MycoApply® Ultrafine Endo (micropoudre mouillable) 1kg pour 1000m2: Glomus intraradices, Glomus aggregatum, Glomus
etunicatum et Glomus mosseae totalisant 130,000 propagules pour 500grs.

 

pour les massifs de villes:

MycoApply® Soluble MAXX (poudre ou liquide) contient 9 espèces d'endomycorrhize + 11 espèces d'ectomycorrhize + 2 espèces de Trichoderma + 15 espèces de bactéries, du varech, de l'acide humique et des vitamines.

450gr pour 200m2

 

RHIZOSTIM
NF U 42-001
7-6-10 + 3 MgO
Mini granulés
Azote organique : 1,5%
Azote ammoniacal : 3%
Azote nitrique : 2,5%
P2O5 total : 6%
K2O (pauvre en chlore) : 10%
MgO : 3%
SO3 : 22%
CaO : 8%
Oligo éléments et substances bio-stimulantes assimilables
Algues marines (alginates et lithothamne)
Zéolithe (pierre volcanique)
Population très intense de micro organismes naturels

Utilisation : ACTION RACINAIRE FLEURS ET GAZONS. 

- fertilise plantes et gazons
- stimule le développement du système racinaire
- favorise la croissance et la résistance du végétal
- facilite la circulation de l'eau et de l'air

A utiliser dans les premiers centimètres du sol, dans la zone de développement racinaire.

Dose

massifs de fleurs : 30 grammes au m2   
gazons : 100 à 150 kilos / ha

Conditionnement : sac de 25 kilos

 

MYCOFERT POUDRE (ORGANIQUE) - utilisable en agriculture biologique
 NF U 44-051
3-0-3 + 3 MgO
Poudre non soluble
Matière organique : 65%
Azote organique : 3%
P2O5 total : 0%
K2O (pauvre en chlore) : 3%
MgO : 3%
Oligo éléments et substances bio-stimulantes assimilables
Contient des champignons mycorhiziens (10 à 15%)

Existe en deux formulations : MYCOFERT ENDOMYCHORIZE et MYCOFERT ECTOMYCORHIZE

Utilisation : ACTIVATEUR RACINAIRE PLANTATION ARBRES ET ARBUSTES.

- favorise la reprise des arbres et arbustes
- meilleur enracinement
- rend disponible les éléments minéraux inaccessibles du sol
- réduit le stress hydrique en période de sécheresse
- améliore durablement la fertilité naturelle des sols

Dose

Baliveau : 20 à 40 grammes / baliveau
Jeune arbre : 30 à 70 grammes / arbres

 

Contactez-nous pour ces produits au 06 67 53 66 94 ou

haut
Carnavalet Fleurs Parfumées Sarl - 06 67 53 66 94 -