Fleurs-Parfumées.com
Accueil Contact

LE JARDIN "BIOLOGIQUE"

 

Entretenir son jardin de manière BIO est très facile si vous appliquez deux principes de base: i) nourrir les microorganismes et les vers de terre par des apports de matières organiques sur le sol et ii) assurer une diversité de plantes à fleurs pour favoriser la venue d'insectes.

Un bon jardinier doit posséder quatre outils de base: i) son sécateur, symbole du métieret indispensable pour guider la végétaion, ii) un broyeur de végétaux pour redonner à la terre tout ce qu'elle a produit sous forme de paillis (BRF pour les initiés), iii) sa tondeuse à système Recycler (breveté) de micropulvérisation des déchets pour laissersur le sol (comme dans les golfs) les déchets de tonte en amendement pour nourrir les microorganismes et iv) une bêche et son corrolaire, un plantoir. Avec ces quatre outils de base, il est possible d'entretenir des parcs de plusieurs hectares dans un état sanitaire et esthétique remarquable.

Bien sûr, on conjugue les outils: sécateur, cisaille, taille haie, échenilloir, cerpette, élagueuse, tronçoneuse, etc... Tous les outils tranchants nécessaires pour les diverses opérations de tailles. Tondeuse, débroussailleuse à dos, coupe-bordure, débroussailleuse autotractée, etc... pour les actions de tonte et de maintien de la végétation au sol. Bêche et tous les outils de travail du sol, d'arrosage et de nettoyage type balais, rateau, souffleur, etc...

Seul le broyeur de végétaux est unique et c'est, depuis une vingtaine d'année, le meilleur allié du jardinier. Le broyeur de végétaux remplace le fumier que plus personne ne met dans les jardins. Il permet également d'assurer le cycle des éléments par un retour à la terre des bois et feuilles qu'elle a produit en pratiquant le compostage de surface, entre les plantes.

Ce principe de paillis de déchets de tailles, de pailles ou de tous autres formes de résidus végétaux est la grande révolution "BIO" que le jardinier doit faire. Ces matières organiques sur le sol sont la clé de voute du BIO, de la nourriture microbienne, de son maintien et de tous les bienfaits qu'elle apporte. Sans compter les vers de terre pour lesquels les feuilles et paillis représentent l'essentiel de leur alimentation.

Le jardinage BIO, écologique, est celui qui se pratique avec les bactéries, les champignons et toutes les bêtes qui vivent dans le sol. 400 millions d'évolution commune ont permis aux plantes de s'assurer la collaboration de tous les êtres vivants du sol mais tout commence par la matière organique qui permet à ces milliards d'êtres telluriques de manger. Pour celà, ils décomposent les matières organiques en débris de plus en plus petits jusqu'au atomes qui sont ensuite aborbés par les plantes.

Retrouver l'équilibre naturel des sols permet également (i) la production d'antibiotiques par les bactéries ou les champignons de la rhizophère, (ii) le contrôle de la veille sanitaire des plantes par les métabolites secondaires produits par les enzymes issus de l'activité microbienne et des mycorhizes, (iii) l'amélioration physique, chimique et biologique des sols par le retour en masse des vers de terre et des champignons.

La réactivation de la vie microbienne des sols (surtout sur les gazons) peut se faire par l'apport de "thé microbiens" appellé par les anglosaxon "Compost thea" car ils résultent de la fermentation contrôlée de terreaux variés. Ce que représentent en réalité ces fermentations c'est un condensé des organismes présents dans le sol. En quelques jours, la fermentation provoque une multiplication intense de ces organismes, aussi bien bactéries, champignons, algues, actinomycètes, acariens, microarthropodes, protozoaires, etc... et leur pulvérisation sur les plantes ou leur apport en arrosage va réensemencer les plantes ou les sols défectueux.

haut

Arrosez vos arbustes, vos fleurs, votre gazon, vos arbres avec une macération microbienne (thé de compost), cela leur donnera un coup de fouet remarquable. Vos gazon reverdirront comme par enchantement et nombre de maladies disparaitront comme par miracle (voir la page "engrais-paillis-thés microbiens"), vos arbustes qui végétaient se mettront à pousser comme jamais, vos rosiers exploseront de fleurs...

Mais en réalité, en BIO, point de "miracle". Tout s'explique par la combinaison des activités des microorganismes qui participent à l'équilibre des sols. Réintroduire cette vie tellurique permettra le réveil de votre jardin et l'épanouissement de vos plantes. La juste expression de cette bonne santé retrouvée sera une explosion de floraisons et de verdure.

Le seul miracle sera la réduction du temps passé à arracher les "mauvaises herbes" car les paillis sur le sol empêche leur germination. Il n'y aura plus que les vivaces comme les chientdents, les liserons ou les Rumex qui nécessiteront périodiquement une intervention. Mais là aussi, ils disparaitront avec le temps.

Donc, jardinez BIO, c'est permettre aux organismes du sol de travailler et d'exprimer tout leurs potentiels. Vous verrez petit à petit que vous n'aurez plus besoin de produits chimiques ni sous forme d'engrais, ni en produits phytosanitaires.

Le seul pouvoir de l'être humain sur ces processus naturels, c'est leur connaissance et le fait que, grâce à cette connaissance, il peut en accélérer la mise en place. Pour les gens pressés, les possibilités sont énormes: engrais organiques, paillis du commerce (chanvre, lin, son, coco...) et surtout les "thés microbiens" qui sont la Rolls Royce des amendements dont les jardiniers peuvent abuser.

Voyez la liste des produits de base que nous conseillons en ce dommaine sur la page "engrais-paillis-thés microbiens".

Portez d'urgence tous vos produits chimiques à la déchetterie la plus proche et achetez la panoplie du jardinier BIO citée plus haut.

Le jardin BIO laisse beaucoup de temps au jardinier pour flâner au milieu de ses plantes (parfumées de préférence) ou pour son potager (BIO, bien sûr)...

« Mauvaises herbes » :

L’orientation de l’entretien des jardins vers un système de lutte intégrée ne permet pas, comme en agriculture, l’application d’une panoplie de techniques pour lutter contre les mauvaises herbes. Mais les principes de culture énumérés précédemment permettront de réduire la germination d’un grand nombre d’adventices dans les espaces verts.
Cependant, l’apport extérieur de graines est toujours possible selon les sources classiques du vent, des oiseaux, de la circulation routière, etc…

La pratique du mulch et son renouvèlement régulier par le broyage des résidus de tailles des arbustes freinera considérablement la croissance des herbes indésirables. L’apport de paillis aux propriétés allélopathiques antigerminatives comme la paille de  chanvre ou d’avoine, les résidus de soja, les BRF de conifères ou d’eucalyptus avant le mulch BRF des plantes in-situ sont des solutions intéressantes qui combinent sur arbustes l’apport de matière organique et désherbage.


De nombreuses huiles essentielles de plantes de pin, eucalyptus citriodora, thym, origan, romarin, sarriette, lavande, basilic, géranium constituent des désherbants alternatifs naturels de même que le gluten de maïs et les résidus de soja sont d’excellents antigerminatif sur pelouse contre dicotylédones et graminées annuelles.
Le gluten de maïs est utilisé par la ville d’Ottawa depuis de nombreuses années, mais les résultats ne sont probants que sur le moyen terme.
Il est bien évident que les mauvaises herbes en place dans les gazons seront soit arrachées à la main soit pulvérisées (vu l’importance des envahissements) à l’aide de désherbants systémiques du commerce spécialisé.

Le TOPGUN® désherbant total, concentré 100% naturel à base d’huile de colza et de coton, sera employé sur les surfaces minéralisées.

 

Ch.Carnavalet

haut
Carnavalet Fleurs Parfumées Sarl - 06 67 53 66 94 -