Fleurs-Parfumées.com
Accueil Contact

Les THES MICROBIENS (Compost tea) ou AMENDEMENTS MICROBIENS comme je préfère les appeller sont des concentrés de microorganismes apportés sous forme liquide et fabriqués à partir de compost dans des bioréacteurs ou fermenteurs.

Issus de l'étude par les scientifiques des lisiers de ferme, des terreaux fermentés, des jus d'ordures, etc... le principe de réaliser une fermentation dirigée en mettant à fermenter un mélange de compost et d'additifs divers est né.

Ces fermentations naturelles contiennent beaucoup d'éléments nutritifs mais surtout la même population de microbes que celle présente dans les substances servant à fabriquer ces fermentations. Autrement dit, tous les Compost tea, purins, lisiers, décoctions, fermentations, infusions, etc... sont en réalité des 'bouillons de culture' où prolifèrent par extraction artificiellement accélérée un ensemble de bactéries, champignons, acariens, protozoaires, crustacées terrestes, algues microscopiques, nématodes, métazoaires, etc...

Ces apports de microorganismes « aléatoires » font partie de la panoplie des amendements organiques liquides qui peuvent être apportés au sol ou sur les plantes.  Ils permettent l’implantation d’une colonie de microorganismes, par opposition aux apports uniques d’une bactérie, d’un champignon ou d’un nématode ciblés par les formulations commerciales (Pseudomonas ssp, Bacillus ssp, Clonostachys ssp, Photorhabdus luminescens, etc…).

Les terraux grouillent de vie microbienne et mettre à fermenter dans l'eau durant quelques heures à quelques jours une petite quantité de terreau dans de l'eau réchaufée naturellement ou artificiellement provoquent la multiplication rapide de ces microorganismes. Le principe est excellent mais l'oxygénation du mélange et la durée courte de ces fermentations sont importantes pour développer les flores et faunes positives et ne pas favoriser les pathogènes anaérobies porteurs de maladies.

Les lisiers de fermes, développés sans oxygénation, sont de fait répandus par gicleurs pour les mélanger à l'air et sur le sol pour être oxygénés. Les utiliser en arrosage serait très dangeureux.

De très nombreux scientifiques étudient les Compost tea et leur effets supposés sur les maladies et bénéfiques sur la végétation. Des dizaines d'articles sont publiés chaque année et les conclusions sont finalement toutes les mêmes: l'apport de microorganismes apportent au sol et aux plantes les bénéfices de leur savoir-faire qui rejaillissent sur la chimie, la biologie et la structure des sols, par conséquent sur l'état sanitaire de la rhizosphère et de la phyllosphère (racines et feuillage).

La différence de compositions microbienne entre les thés de composts oxygénés et non oxygénés n'est pas probante, selon les conclusions d'études. Seule la durée de réalisation varie, quelques heures avec un sytème oxygénant à plusieurs jours dans le cas contraire. De plus, les macérations oxygénées n'ont pas d'odeur!

 

PRINCIPES GENERAUX DE L'AMENDEMENT MICROBIEN

La fermentation oxygénée a notre faveur car le bioréacteur permet de contrôler les conditions de culture (température, pH, aération, etc.), et de ce fait, il permet de récolter des produits de plus grande fiabilité que la fermentation anaérobie.
Les "cultures microbiennes" sont utilisés en agriculture biologique depuis nombre d'années sous forme liquides ou directement sur le sol. Les mulchs ou paillis, BRF et autres techniques culturales biologiques laissant les pailles sur le sol pour le semis direct par exemple ne sont autres que des préparations microbiennes mais sans fermentation forcée. La forme macérée oxygénée ou non n'est qu'une technique qui acélère les processus de reproduction de ces organismes.

Ce n'est que depuis une dizaine d'années cependant qu'est apparue la notion de "thé de compost" oxygéné et que se sont développés des équipements pour cette fermentation aérobique. Le développement de ces outils permet d'obtenir un meilleur contrôle de la fermentation et aussi d'orienter le produit fini vers une population bactérienne ou fongique selon l'usage prévu.

Nous pouvons vous procurer les fermenteurs oxygénants (sorte d'alambic) dans plusieurs marques commerciales. Par téléphone ou courriel aujourd'hui, sur le site prochainement.

 

Préparation de la macération oxygénée

Le processus de fabrication du "thé de compost" se déroule en 2 phases — l'extraction et la fermentation. À partir d'un compost de qualité, on cherche d'abord à extraire les microorganismes bénéfiques, bactéries et champignons de même que d'autres types d'organismes que l'on multipliera ensuite pendant 12 à 24 heures dans l'eau, en présence d'oxygène.
L'extraction se fait en utilisant quelques litres de compost que l'on place dans le filet ou le panier aux mailles appropriées du fermenteur pour permettre la diffusion des microorganismes vers la réserve d'eau où se fera la multiplication. Les mailles sont suffisamment fines pour retenir les particules de compost et suffisamment grossières pour permettre aux organismes plus `gros' de passer — champignons, protozoaires, flagellés, ciliés, amibes, nématodes utiles. Les bactéries passent facilement car elles sont beaucoup plus petites.


C'est le mouvement de l'eau dans la machine qui fera l'extraction des microorganismes pour les libérer dans l'eau. Ensuite, pour que la fermentation (la multiplication des microorganismes) prenne place de façon efficace, il faut un certain nombre de conditions.
On doit utiliser des instruments propres et un compost de qualité. Ce que nous voulons multiplier, ce sont des organismes bénéfiques, non pas des pathogènes ni des opportunistes inutiles. Il faut donc vérifier le fermenteur et nettoyer toute trace de biofilm qui se serait formé lors d'une utilisation antérieure. Nombre de bactéries opportunistes peuvent être restées sur les parois ou les zones difficiles d'accès du fermenteur. En un mot, cela signifie qu'il faut nettoyer le fermenteur après usage, pour qu'il soit en bonnes conditions pour la prochaine utilisation.

 

Ingrédients

Le compost doit correspondre à nos besoins. On utilise un compost bien mature, qui peut être d'origine végétale ou animale au départ. Généralement, un compost fabriqué à partir de matières plus fibreuses comme les pailles (ratio C/N plus, élevé avant compostage) produira une population de champignons plus élevée. A l'opposé, un compost démarré avec davantage de matière azotée comme la luzerne, le trèfle, le gazon (ratio C : N plus faible avant compostage) produira plus de bactéries. Selon l'usage prévu du thé de compost, on choisira d'aller vers l'un ou l'autre. Il est souvent plus difficile d'obtenir une bonne population de champignons.
Donc un bon compromis de départ serait d'aller vers un compost fabriqué à partir de fibres variées, paille, sciure ou tourbe, et d'un fumier ou un mélange de fumiers de bonne qualité auquel on rajoute des herbes fraiches ou en granulés. Les quantités de compost nécessaires pour une saison seront de l'ordre de quelques dizaines de kilos. Il vaut donc la peine de se créer une réserve de bon compost mature pour la préparation de ces macérations mais le jardinier BIO pratique d'office le compostage de tous ses déchets végétaux horticoles et domestiques sur son tas de compsot. Ainsi, on peut compléter l'utilisation du compost de base appliqué au sol avec des macérations de compost qui aideront à réajuster les populations de microorganismes de la rhizosphère ou de la phyllosphère, les microécosystèmes qui entourent la racine et la partie aérienne respectivement.

Le choix du compost est déterminant pour fabriquer le thé de compost. On doit veiller aussi à ne pas utiliser des outils ou un seau contenant du fumier frais ou du compost trop jeune pour manipuler le compost mature destiné à faire une macération. Ceci amènerait un risque de contamination par des microorganismes indésirables.

haut

La deuxième phase de la fabrication du thé de compost est la fermentation aérobie qui a pour but de multiplier les microorganismes utiles qui ont été extraits du compost. L'eau utilisée dans le fermenteur devrait être tiède, environ 20 — 22 °C, pour permettre une multiplication plus rapide et plus diversifiée. Le fermenteur le fait tout seul.
Pour favoriser la multiplication des microorganismes dans le fermenteur, certaines nourritures peuvent aussi être ajoutées. Surtout dans l'optique d'obtenir une macération plus fongique, ce qui est presque toujours souhaitable. On aide la fermentation aérobique par l'ajout de ces additifs. Attention cependant, on ne doit pas trop `nourrir' car on risquerait de créer des conditions anaérobies par la prolifération d'un type de microorganismes au détriment de la biodiversité souhaitée. Le tableau ci-dessous présente quelques exemples de recettes de thé de compost avec utilisation de nourritures.

Ingrédients pour 100 litres

Eau de qualité - non chlorée ou chlore évaporé Thé "fongique"
Dominance
champignon
100 litres
Thé bactérie/ champignon
100 litres
Thé "bactérien" 100 litres
Compost bactérien - - 3-4 kg
Compost 1:1 bactérie / champignon - kg -
Compost "fongique" 4-5 kg - -
Acides humiques 300 mL 250 mL -
Mélasse verte —sans soufre 250 mL 250 mL 250 mL
Algue broyée séchée (Algues de mer-Fucus, Laminaria) 125 g 125 g 125 g
Tourteau ou hydrolysat(protéines, acides aminés) 125g
Hydrolysat de poisson
ou crustacé, tourteau
de soya, farine de
plumes, gruau, pulpe
de fruits
50g
Hydrolysat de
poisson ou crustacé,
tourteau de soya,
farine de plumes,
gruau, pulpe de fruits
Émulsion de poisson
Autres extraits filtrés 50mL
Yucca (saponines)
  0 à 100mL
(yucca, macération
d ortie, vin de
pissenlit, infusion de
consoude)

Source - Elaine Ingham 2003 Compost Tea Brewing Manual 4th ed

haut

Une fois la fermentation terminée, après 18 à 24 heures, on obtient un liquide coloré identique à du thé et sans odeur. Tant que l'on n'est pas prêt à l'utiliser, on laisse tourner l'appareil. On peut retirer le panier ou le filet qui contient le compost. Au moment d'utiliser, on arrête l'appareil, on laisse déposer 10 à 15 minutes. Il y aura un peu de matières en suspension qui va venir se déposer au fond de la cuve du fermenteur. En laissant reposer quelques minutes, on évite que des particules passent avec le liquide et puissent bloquer le pulvérisateur. On utilise alors le macérat plus ou moins dilué, selon l'application prévue, en foliaire ou au sol.

Attention : Des taux de 50 litres par hectare et plus d'un "thé" trop concentré en sucres ou en protéines peuvent causer des problèmes. Trop de sucre et les bactéries et champignons croissent trop rapidement et utilisent l'azote, le phosphore et le soufre au détriment de la plante.

 

Utilisation du thé de compost en prévention des maladies

Pour l’ensemble des surfaces du jardin, il est utile de pratiquer des pulvérisations de macérations aérobies sur le sol (massifs, gazon, arbustes) pour réensemencer le milieu en "auxiliaires" de culture. Ces pulvérisations ont deux objectifs :

1°) Augmenter le taux de microorganismes dans le sol et sur la phyllosphère pour profiter de tous les avantages biologiques et chimiques de leurs métabolismes.

2°) Nettoyer la phyllosphère du dépôt de la pollution urbaine, (ou des maladies existantes) surtout pour les végétaux à feuillage persistant qui sont souvent dans un état de crasse incompatible avec une bonne photosynthèse. Confectionné à partir d’un amendement organique azoté pour favoriser la production de bactéries et additionné d’un tensioactif de type lecithine de soja qui stabilisera le produit sur les feuilles, le macérat pulvérisé réensemencera la phyllosphère. La dynamique naturelle des communautés bactériennes générallement observée dépasse souvent les 300 souches sur la phyllosphère au cours de l'année, la communauté fongique est moindre (+/- 50) sans parler des protozoaires, anguillules et acariens bénéfiques, etc… Dans le sol ces microorganisme sont pmlusieurs milliards par kilo de terre!
Ces organismes se nourriront des dépôts carbonés laissés par la pollution et des microbes pathogènes présents.


Le macérat obtenu reflétera toujours la qualité des matières premières utilisées et de la fermentation effectuée. Il n'est pas facile de faire analyser la qualité microbiologique du "thé", peu de laboratoires sont en mesure de la faire et le temps de transit de l'échantillon doit être très court pour que le macérat conserve son équilibre biologique. Le tableau suivant présente un portrait des populations microbiennes visées.

Quantités de microorganismes souhaitées dans un millilitre de thé de compost

Bactéries actives

10 - 150 pg

Bactéries totales

150 - 300 pg

Champignons actifs

2 - 10 pg

Champignons totaux

2 - 20 pg

Falgellés

1000

Amibes

1000

Ciliés

20 - 50

Nématodes utiles

2 - 10

Pour prévenir et contrôler les maladies des plantes, l'activité microbienne du sol et de la phyllosphère doit être maximale. C'est tout l'enjeu du travail du sol que doit faire le cultivateur en agriculture "BIO": travailler avec cette activité microbienne pour aider les plantes à croître sainement. Mettez vous biendans la tête que: la maladie est une exception (!!) dans les sytèmes écologiquement équilibré. Généralement, lorsque nous sommes en présence d'une maladie dans nos cultures ou notre jardin, c'est que la population microbienne a été réduite à une très faible activité par suite d'utilisation d'engrais chimiques ou de pesticides qui tuent bons et mauvais organismes, de retournement excessifs du sol, d'utilisation d'une eau trop chlorée, d'absence d'apport de matières organiques, etc...L'activité de la plante n'est pas secondée par l'activité microbienne et les organismes pathogènes qui préfèrent des conditions de sol pauvre, humide et sans oxygène se développent alors aisément et colonisent le milieu.
Si l'on veut prévenir les maladies on doit créer les conditions favorables à la culture (paillis de surface) et aussi réensemmencer une population microbienne qui jouera son rôle de produtrice d'éliciteurs (enzymes qui aident les plantes à se défendre) ou de production d'antibiotiques qu'elle inoculera dans les plantes. C'est le but des amendements organiques et de l'utilisation des engrais organiques.

La rhizosphère, ou l'ensemble des organismes actifs dans l'environnement immédiat de la racine représente une sorte de manchon protecteur mais aussi une interface pour les échanges minéraux avec le sol. C'est surtout à travers le compost, la régie du sol et la rotation des cultures qu'on influence la rhizosphère.
Ce que permet le thé de compost, c'est de venir agir dans la partie aérienne de la plante et dans le sol au niveau des racines pour aider à créer ou booster cette population bénéfique de microorganismes à la surface des feuilles, de la tige et des branches et à l'intérieur du sol. Les exhudats de la plante (foliaire et racinaires) pourront alors nourrir et renforcer cette population d'organismes bénéfiques qui constitue une barrière aux pathogènes et fait compétition à ceux-ci pour la nourriture fournie par la plante. A leur tour ces microorganismes variés vont contribuer à la résistance de la plante par leurs métabolites et en aidant à l'absorption des nutriments ou à la résistance aux variations climatiques.

Une couverture la plus complète possible du dessus et du dessous des feuilles avec le thé est essentielle. Les organismes bénéfiques doivent absorber les exudats sécrétés à la surface des feuilles, prévenant ainsi le développement de pathogènes. Les organismes pathogènes ne peuvent croître s'ils sont privés ainsi des nutriments. Lorsqu'on a des plants affectés par une maladie, il est important de veiller à ce que toute la surface foliaire soit occupée par les organismes bénéfiques, de façon à éviter la propagation de la maladie.

Pour les semis à la volée et sur gazon, appliquer le macérat dilué à 20% dans l'eau à toute la surface du sol. Pour les plantations en rangées, appliquer le mélange au fond du sillon au moment de semer ou de transplanter.

S'il y a eu infestation importante par une maladie, saturer la surface du sol avec le mélange puis prévoir des applications successives au feuillage pour les 2 semaines suivant la plantation ou la germination.

 

Conservation du macérat microbien ou thé de compost

Le macérat microbien ou thé de compost ne se conserve pas car les organismes doivent être actifs pour adhérer aux tissus des plantes et ne pas être lessivés. Lorsqu'on cesse d'aérer le thé, il faut l'utiliser dans les six heures qui suivent. Si le thé est dilué avec de l'eau bien oxygénée, il peut se conserver de dix à quinze heures. Si on doit conserver plus longtemps, il faut continuer d'aérer.

Vente de bioréacteur ou fermenteur aérobique ainsi que des ingrédients de compléments (acide humique, mélasse...): consultez-nous pour lemoment par meil ou téléphone: 06 67 53 66 94 ou .

haut
Carnavalet Fleurs Parfumées Sarl - 06 67 53 66 94 -